Jodoigne: demandes d’asile en baisse mais centre Fedasil saturé

Alors que le nombre de demandes d’asile a sérieusement diminué en 2016 par rapport à 2015, plusieurs centres d’accueil sont proches de la saturation. C’est une conséquence d’une décision du gouvernement fédéral de fermer les structures qui avaient été ouvertes en urgence au plus fort de la crise migratoire.

L’an dernier, 10 000 places ont ainsi été supprimées. Mais les demandeurs d’asile qui étaient en Belgique ont dû être relogés ailleurs. Certains ont ainsi été envoyés au centre Fedasil de Jodoigne qui a presque atteint aujourd’hui sa capacité maximale.

« La capacité théorique actuelle de notre centre est de 379 personnes, explique Fabian Delobbe, le directeur du centre. Nous avons différents profils, on accueille des primo-arrivants, des mineurs étrangers non-accompagnés et des personnes qui sont déboutées de leur demande d’asile et pour lesquelles nous avons la charge de travailler sur un retour volontaire ».

Taux d’occupation de 94%

Sur les 379 places du centre, 239 sont réservées aux primo-arrivants. Ce sont ces places-là qui sont aujourd’hui presque toutes occupées. « A partir de juin, et après l’été singulièrement, nous avons vu une hausse du nombre d’arrivées dans nos structures, poursuit le directeur. Pour les primo-arrivants, notre taux d’occupation est de 94% ».

Et il est presque impossible d’atteindre les 100%. « Pour l’essentiel, on a ici à Jodoigne des chambres de quatre personnes. Cela ne veut pas dire qu’il y a systématiquement quatre personnes dans chaque chambre. On accueille parfois des familles de trois ou de deux qu’il n’est pas envisageable de faire cohabiter avec des hommes ou des femmes isolés. Donc il peut y avoir des pertes de places dans les structures d’accueil ».

Cette quasi-saturation n’est pas très confortable et risque de poser des problèmes dans la vie quotidienne des personnes hébergées. « En terme de promiscuité et de conditions d’accueil, ça devient plus difficile effectivement. Des conflits inhérents à toute vie en collectivité peuvent émerger ».

Le centre de Jodoigne n’a plus beaucoup de marge de manœuvre aujourd’hui. Mais tous les centres n’ont pas un taux d’occupation aussi élevé. Le taux moyen en Belgique avoisine les 90%. Globalement toutefois, la situation risque de ne pas beaucoup s’améliorer dans les prochains mois, car 3000 places d’accueil (sur 26 350) seront encore supprimées sur l’ensemble du pays en 2017.

 

Source : Jodoigne: demandes d’asile en baisse mais centre Fedasil saturé