Après une grande mobilisation citoyenne, Louabatou obtient le droit de rester en Belgique

Loaubatou Diallo, c’est cette jeune Guinéenne de 21 ans, étudiante à Mons. En octobre dernier elle avait été incarcérée en centre fermé et menacée d’expulsion… La jeune fille était arrivée mineure en Belgique après avoir fui un mariage forcé et violent en Guinée Conakry avec un homme de 60 ans. Mais Louabatou a bénéficié d’un soutien important en Belgique. A travers une marche à Mons et une pétition de plus de 10.300 signatures . Derrière cette mobilisation, il y a Myriam et Pierre Gillis, le couple de Montois qui a accueilli Louabatou. Pierre Gillis qui explique comment la jeune fille a finalement obtenu le droit de rester en Belgique: « Sous l’impact de la pétition, des milliers de signatures qui elles-mêmes ont poussé à des interventions plus officielles comme celle du bourgmestre Di Rupo, ont permis à louabatou d’obtenir un statut d’étudiante, c’était un premier pas et surtout cela lui a permi de sortir du centre fermé de Steenokkerzeel mais il s’agissait d’un statut précaire. Et son avocat a décidé de continuer les démarches pour l’obtention du statut de réfugiée, dans la foulée de la mobilisation et avec des éléments supplémentaires. Et elle l’a obtenu ». Une manifestation avait été organisée pour soutenir la jeune fille – © RTBFLa mobilisation citoyenne a joué un grand rôle dans l’obtention de ce statut, Pierre et Myriam en sont persuadés. Pourtant, en octobre, la partie était loin d’être gagnée. Mais le couple Montois y a cru: « quand les choses ne vont pas comme il faut, il faut s’arranger pour qu’elles aillent comme on le voudrait, on passe à l’action, on s’est dit qu’on n’allait pas pleurer sur le fait qu’elle était enfermée à Steenokkerzeel et heureusement, ça a marché! »Quant à ce qui a touché le public dans l’histoire de la jeune fille, Myriam voit deux éléments:  » il y a d’abord le mariage forcé, une fille de seize ans mariée de force à un homme de soixante ans, je pense que pour beaucoup de citoyens, c’est quelque chose d’insupportable. Et puis, ce qui a marqué, c’est les circonstances de son arrestation. Alors qu’elle est à l’Office des étrangers pour présenter son dossier, on lui propose de passer dans une pièce pour signer des papiers et en fait c’est pour l’arrêter et l’emmener en centre fermé… ».Pierre et Myriam ont remercié à travers un communiqué les milliers de signataires de la pétition mais aussi l’avocat qui a défendu Louabatou, Maître Olivier Stein. Quant à la jeune Louabatou, elle peut donc poursuivre ses études à la Haute École Condorcet en toute sérénité. Avec une seule envie: rester à l’écart des médias et oublier cette triste histoire…

Source : Après une grande mobilisation citoyenne, Louabatou obtient le droit de rester en Belgique