Soupçons de trafic de titres de séjour en Guyane: neuf personnes en garde à vue

Neuf personnes dont « quatre fonctionnaires de la préfecture » de Guyane ont été placées en garde à vue lundi dans le cadre d’une affaire de soupçons de trafic de titres de séjour, a déclaré le procureur de la République de Cayenne.

Une information judiciaire a été ouverte pour « corruption active, corruption passive, aide au séjour irrégulier d’étrangers en bande organisée, faux et usage de faux, blanchiment d’argent et association de malfaiteurs », précise le magistrat dans un communiqué.

Le parquet avait déjà ouvert une enquête préliminaire le 21 avril 2016 dans cette affaire après que le préfet de Guyane eut signalé au procureur une « suspicion de trafic de titres de séjours », indique de son côté la préfecture de ce département sud-américain voisin du Brésil et du Surinam.

« Les quatre agents interpellés font l’objet d’une suspension disciplinaire, à titre conservatoire », a précisé le préfet.

« Les gardes à vue peuvent durer jusqu’à 96 heures » puisque l’information judiciaire porte sur une infraction commise en « bande organisée », selon le procureur, qui précise que « des perquisitions ont eu lieu aux domiciles des intéressés et à la préfecture ».

La Guyane connaît une immigration record avec 35% de sa population d’origine étrangère, en raison notamment de l’immigration venue du Brésil, d’Haïti ou du Surinam. Les flux migratoires sont particulièrement difficiles à contrôler dans ce territoire vaste comme le Portugal et possédant plus de 1.300 kilomètres de frontières avec le Brésil et le Surinam.

Article original: http://feedproxy.google.com/~r/RTLInternational/~3/j8FZscINVaU/soupcons-de-trafic-de-titres-de-sejour-en-guyane-neuf-personnes-en-garde-a-vue–928459.aspx