La rivalité d'Orange et SFR s'intensifie dans les contenus

Orange a annoncé mardi un renforcement de son partenariat avec Canal+ et des investissements dans les séries tandis que SFR a dévoilé une future chaîne de séries et cinéma: les opérateurs sont lancés dans un match sur les contenus pour attirer de nouveaux clients.

Le patron d’Orange Stéphane Richard a confirmé en revanche que l’opérateur historique ne participerait pas directement aux enchères sur les droits sportifs, tels que ceux de la Ligue 1 de football, échaudé par l’échec de sa chaîne sportive il y a une dizaine d’année.

« Nous avons une philosophie de partenariats, pas une philosophie d’investissements directs », a-t-il souligné au cours d’une conférence de presse.

Orange proposera dès septembre le bouquet « Canal+ Essentiel » à ses clients fibre, sans engagement et « à des conditions financières attractives » non précisées, alors qu’il est commercialisé aujourd’hui pour 19,90 euros par mois.

Cet accord est conclu jusqu’en 2020 basé sur un modèle de commercialisation exclusif direct avec pour les clients « une seule facture et un seul service client », a expliqué le responsable.

Les partenaires comptent ainsi doubler les quelque 900.000 clients Orange abonnés aujourd’hui à Canal+ pour atteindre 2 millions en 2020. Un nouveau coup de pouce qui pourrait permettre au groupe de télévision payante d’arrêter la fuite de ses abonnés mais au prix d’une baisse de ses tarifs.

Cette offre réservée aux clients fibre devrait aussi accélérer la migration de la clientèle ADSL d’Orange vers la fibre qui est plus rémunératrice.

Cette stratégie de convergence entre médias et télécoms est partagée par son concurrent SFR, et sa maison mère Altice.

  • Annonces le même jour –

Signe de la forte compétition entre les opérateurs, SFR a choisi le même jour pour annoncer qu’il lancerait le 22 août sa chaîne de séries et de cinéma, Altice Studio, qu’il présente comme « la chaîne de fiction pour toute la famille » avec 400 films par an et deux séries par mois.

« Avec cette nouvelle plate-forme, Altice constitue un pilier divertissement puissant, aux côtés de ses piliers information et sport », indique le groupe dans un communiqué.

Outre cette nouvelle chaîne, SFR propose la plate-forme de vidéos à la demande SFR Play, les productions de son studio et les programmes acquis grâce à l’accord passé avec les groupes américains NBC Universal (NBCU) et Discovery.

L’an dernier, SFR a créé un studio de production, Altice Studio, qui a cofinancé et coproduit des séries comme Medicis, Riviera, Taken et The Same Sky. Il s’appuie également sur les films des catalogues de Gaumont, Pathé et Europacorp.

Orange a sécurisé de son côté grâce à un accord avec HBO, la diffusion exclusive de la série « Game of Thrones » et a dévoilé mardi un accord avec UGC qui devrait lui permettre de diffuser ses films en première exclusivité sur OCS.

Il a aussi annoncé qu’il allait commencer à investir dans les séries avec un budget de 100 millions d’euros sur cinq ans via sa filiale de production Orange Studio et OCS.

« On n’a pas attendu Altice pour investir dans les contenus », a souligné Stéphane Richard, notant que l’unité de production de films Orange Studio existait depuis 10 ans, ainsi que sa chaîne OCS.

Orange a consacré 550 millions d’euros aux contenus en 2016 sur tous ses marchés, une somme destinée à grandir rapidement.

SFR dit de son côté allouer 250 millions d’euros par an à la création et au divertissement, dont 160 millions d’euros pour Altice Studio, auxquels s’ajoutent les investissements colossaux consacrés aux droits sportifs.

Dans ce domaine, « Orange n’a pas à participer à une surenchère face à de nouveaux entrants, j’allais dire de nouveaux riches », a souligné Stéphane Richard dans une allusion au groupe de Patrick Drahi qui n’a pas hésité à débourser 1,2 milliard d’euros pour les droits de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa en France, de 2018 à 2021.

Orange souhaite que les diffuseurs actuels des grandes compétitions sportives, Canal+ et BeIN Sports, « continuent à l’être » mais « nous ne sommes pas une ambulance », tranche Stéphane Richard.

Orange énonce ainsi clairement qu’il n’a ainsi pas l’intention de renflouer les finances de Canal+ directement pour l’aider à garder les droits de la Ligue 1 à partir de 2020, qui pourraient être remis en jeu prochainement.

Article original: http://feedproxy.google.com/~r/RTLInternational/~3/hUtkbrGCbWI/la-rivalite-d-orange-et-sfr-s-intensifie-dans-les-contenus-935038.aspx