Revers pour Théo Francken: la justice interdit à la délégation soudanaise d'identifier ses ressortissants pour les expulser

Le tribunal de Liège a interdit l'expulsion de Soudanais et leur identification par la délégation soudanaise, annonce la Ligue des droits de l'homme.

Il s'agit d'un revers pour Theo Francken, le secrétaire d'Etat fédéral à l'Asile et la Migration. L'élu N-VA avait fait appel à une délégation soudanaise pour identifier les ressortissants du Soudan venus en Belgique, mais qui ne souhaitaient pas demander l'asile dans notre pays. Une décision soutenue par le gouvernement fédéral de Charles Michel.

La décision avait été fortement critiquée par l'opposition, car les autorités soudanaises sont décriées pour leur manque de respect des droits de l'Homme. Troisième plus grand pays d'Afrique, le Soudan est un pays instable bouleversé par des guerres, comme celle du Darfour. Depuis 1989, le pouvoir est détenu par Omar el-Béchir. Le pays qu'il dirige est régulièrement cité pour les violations des droits de l'homme qui y sont commises. En 2009 et 2010, la CPI a délivré un mandat d'arrêt contre le président el-Béchir pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Le Soudan est en outre une république islamique qui applique la charia. Le pays a également protégé Oussama Ben Laden. Le ministère belge des Affaires étrangères déconseille tout voyage non essentiel dans ce pays.

Le gouvernement soudanais a poussé à l'exode 3 millions d'habitants du Darfour. La guerre qu'il mène dans cette région a fait 300.000 morts. Selon l'organisation des droits de l'homme Human Right Watch, “le gouvernement a bombardé des hôpitaux et d'autres lieux réservés à l'aide humanitaire“. Dans son dernier rapport, Amnesty international accuse le régime d'avoir utilisé des armes chimiques.

Article original: http://feedproxy.google.com/~r/rtlinfo/belgique/~3/6016Yt9ElIg/revers-pour-theo-francken-la-justice-interdit-a-la-delegation-soudanaise-d-identifier-leurs-ressortissants-pour-les-expulser-960126.aspx