Déclaration unilatérale d'indépendance: des précédents en Europe

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs territoires européens ont proclamé unilatéralement leur indépendance, essentiellement après la dislocation de l’URSS et de la Yougoslavie, mais le cas catalan est une première au sein de l’Union européenne.

  • Pendant la Guerre froide: le cas chypriote –

En 1974, des nationalistes chypriotes grecs fomentent un coup d’Etat visant à rattacher l’île — ex-colonie britannique indépendante depuis 1960 — à la Grèce. Celui-ci avorte au bout de quelques jours, mais dans l’intervalle des troupes turques débarquent dans le nord, invoquant la protection à apporter à la minorité chypriote turque.

En novembre 1983, le chef de la communauté chypriote turque proclame l’indépendance de la “République turque de Chypre du Nord” sur les 38% du territoire où sont déployées les troupes turques. Seule Ankara reconnaît cette entité. Plusieurs tentatives de règlement ont échoué.

Chypre, divisée, a rejoint en 2004 l’Union européenne, dont le droit ne s’applique qu’à la partie sud.

  • L’effondrement de l’URSS –

L’effondrement du bloc soviétique entraîne la plus grande vague de mouvements indépendantistes en Europe depuis 1945.

En mars 1990, la Lituanie est la première République de l’URSS à proclamer son indépendance. Les troupes soviétiques interviennent en janvier 1991 (13 morts) mais finissent par se retirer.

Parallèlement, en juin 1990, la Russie proclame sa souveraineté sous l’impulsion de Boris Eltsine. Puis neuf républiques soviétiques déclarent leur indépendance en août et septembre 1991.

En décembre de cette même année, les dirigeants ukrainien, russe et bélarusse signent un traité mettant fin à l’URSS. Quinze pays naissent de son éclatement, dont les trois Etats baltes, qui intègreront l’Union européenne en 2004.

Les tensions séparatistes dans la région persistent jusqu’à aujourd’hui.

La Transdniestrie, région de Moldavie peuplée majoritairement de russophones, a proclamé son indépendance dès 1991 et l’a défendue par les armes en 1992. Elle n’est reconnue par aucun Etat.

Le Nagorny-Karabakh, région d’Azerbaïdjan peuplée majoritairement d’Arméniens, a fait sécession en 1991. Une guerre sanglante a opposé autour de ce territoire jusqu’en 1994 l’Arménie et l’Azerbaïdjan, qui se sont encore opposés militairement en 2016. Le Nagorny-Karabakh est toujours considéré internationalement comme faisant partie de l’Azerbaïdjan.

L’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, deux régions séparatistes de la Géorgie ont été l’enjeu du conflit russo-géorgien d’août 2008. Il s’est soldé par la reconnaissance par Moscou de l’indépendance des deux régions. Seuls le Nicaragua, le Venezuela et Nauru lui ont emboîté le pas.

En Ukraine, les deux “républiques” séparatistes de Lougansk et Donetsk ont proclamé leur indépendance en 2014, après des référendums. Largement dépendantes de la Russie, elles ne sont pas reconnues par la communauté internationale.

  • Le déchirement yougoslave –

Premiers à se détacher de la fédération socialiste de Yougoslavie, les Slovènes et les Croates déclarent leur indépendance en juin 1991.

En Slovénie, l’armée populaire yougoslave se retire du pays après dix jours d’escarmouches. Le pays devient, en 2004, le premier Etat issu de l’éclatement de la Yougoslavie à entrer dans l’UE.

En Croatie débute une guerre avec la minorité serbe, soutenue par Belgrade, qui refuse cette indépendance. Le conflit, qui a coûté la vie à 20.000 personnes, s’achève en 1995. La Croatie fait son entrée dans l’UE en 2013.

La Macédoine s’autodétermine de façon pacifique en 1991, après un référendum remporté à 95% par le “oui”.

En Bosnie-Herzégovine, la proclamation de l’indépendance en 1992, après un référendum boycotté par la communauté serbe, déclenche une guerre de trois ans et demi entre Musulmans, Serbes et Croates, qui fait près de 100.000 morts et 2,2 millions de réfugiés. Belgrade ne reconnaît la Bosnie qu’en novembre 1995 à l’issue des accords de pays de Dayton.

En 2006, le Monténégro décide par référendum de se séparer de la Serbie. Dans ce cas précis, c’est un droit à l’autodétermination prévu dans la Constitution qui a été activé.

Dernier pays à naître des ruines de l’ex-Yougoslavie, le Kosovo proclame unilatéralement son indépendance en 2008, après un premier référendum en faveur de l’autonomie en 1991, puis une guérilla contre les forces serbes. Le Kosovo est reconnu par plus de 100 pays mais ne siège pas à l’ONU. La Serbie continue d’inscrire dans sa constitution la tutelle sur son ancienne province.

Article original: http://feedproxy.google.com/~r/RTLInternational/~3/72fz_Vl7hlg/declaration-unilaterale-d-independance-des-precedents-en-europe-965592.aspx