Rohingyas: Rex Tillerson dit au chef de l'armée birmane son "inquiétude"

Le ministre américain des Affaires étrangères Rex Tillerson a appelé jeudi le chef de l’armée birmane à aider à mettre fin aux violences dont sont victimes les membres de la minorité musulmane persécutée des Rohingyas, a affirmé la porte-parole du département d’Etat.

Lors d’une conversation téléphonique avec le général Min Aung Hlaing, le chef de la diplomatie américaine a exprimé son “inquiétude concernant la crise humanitaire en cours et les atrocités rapportées dans l’Etat Rakhine”, région ravagée par les violences qui forcent des centaines de milliers de Rohingyas à fuir vers le Bangladesh voisin, a précisé le communiqué de Heather Nauert.

“Le secrétaire d’Etat a exhorté les forces de sécurité à soutenir le gouvernement pour mettre fin à la violence dans l’Etat Rakhine et permettre le retour chez eux en toute sécurité de ceux qui ont été déplacés pendant la crise, tout particulièrement le grand nombre de (membres de) l’ethnie Rohingya”, a-t-elle rapporté.

Depuis le début de la crise en août, plus de 600.000 Rohingyas ont fui l’Etat bouddhiste pour se réfugier au Bangladesh. L’ONU considère ces persécutions comme une épuration ethnique et accuse la Birmanie d’avoir provoqué le plus grand déplacement de réfugiés en Asie depuis des décennies.

Rex Tilleron a réclamé lors de son entretien téléphonique que l’armée birmane “coopère avec les Nations unies pour assurer une enquête minutieuse et indépendante concernant tous les abus et violations des droits de l’homme présumés” et demandé à ce que justice soit rendue, toujours selon le communiqué du département d’Etat.

Il a également demandé à ce que l’armée facilite l’accès humanitaire dans les zones concernées.

Les Etats-Unis avaient annoncé lundi réduire encore davantage leur aide aux unités birmanes et aux officiers impliqués dans les violences contre la minorité musulmane.

Parmi les mesures prises, Washington avait notamment annoncé la suspension de l’examen des dispenses de voyage pour les hauts responsables militaires birmans. Les Etats-Unis avaient aussi annoncé étudier la mise en place de “mesures économiques ciblées” contre des individus liés aux “atrocités”.

Le général Min Aung Hlaing avait réagi sur Facebook mardi en dénonçant des “déclarations biaisées” et des accusations “complètement fausses”.

Mercredi, le ton était encore monté lorsque Rex Tillerson avait affirmé que les chefs de l’armée birmane étaient “responsables” de la crise des Rohingyas.

Article original: http://feedproxy.google.com/~r/RTLInternational/~3/j-xJpd6JhVY/rohingyas-rex-tillerson-dit-au-chef-de-l-armee-birmane-son-inquietude–965396.aspx