Des milliers de Centraméricains envoyés vers la mort

Chaque année, le Mexique force illégalement des milliers de personnes à retourner dans leurs pays – le Honduras, le Guatemala et le Salvador – où ils risquent d’être confrontés à des situations dangereuses pour leur vie. Cette pratique s’appelle le refoulement. Elle est illégale en vertu du droit international. Elle doit s’arrêter maintenant.

Ces personnes fuient les menaces de mort, les attaques et les extorsions perpétrées par de puissants gangs qui contrôlent de larges parts du territoire de leurs pays. Nombre d’entre elles doivent entreprendre un dangereux voyage pour chercher protection au Mexique et elles sont souvent mal informées par l’Institut national de la migration (INM) à propos de leur droit de demander asile dans le pays.

Les réfugiés qui font face aux agents de l’INM ont parfois été tournés en dérision par ceux-ci. Les agents ne leur demandent pas ou ne se soucient pas de savoir pourquoi ils ont quitté leurs pays et ils les renvoient dans leur pays alors que la mort pourrait les y attendre. Ceci est contraire à la loi mexicaine.

L’espoir est permis

Heureusement, il y a des histoires qui nous montrent que les choses peuvent changer. Les fils et le frère d’Emilia ont été tués au Salvador, après avoir été déportée une première fois, elle a finalement obtenu une protection pour elle et sa famille et vit maintenant en sécurité dans l’État de Baja California.

Aidez-nous

D’autres histoires de réfugiés d’Amérique Centrale doivent également avoir une fin heureuse. Demandez aux autorités mexicaines d’arrêter les renvois de personnes vers des endroits où leur vie est en danger et de procéder de toute urgence à une révision du processus d’identification mis en oeuvre par l’Institut national de la migration.

Article original: https://www.amnesty.be/je-veux-agir/agir-en-ligne/petitions/article/des-milliers-de-centramericains-envoyes-vers-la-mort