ICE : pétition et appel pour une Europe hospitalière

Ce jeudi 3 mai, le CNCD-11.11.11, le CIRÉ et la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés lancent une campagne visant à récolter des dizaines de milliers de signatures, dans le cadre d’un réseau d’associations européennes.

Objectif : rendre l’Europe plus hospitalière pour les migrants et interdire la criminalisation de la solidarité. Si elle récolte un million de signatures sur tout le continent, cette pétition contraindra la Commission européenne à se positionner.

Plus de 130 organisations européennes s’unissent pour appeler la Commission européenne à légiférer en faveur d’une politique migratoire plus humaine. Comment ? Elles lancent une Initiative Citoyenne Européenne (ICE), un instrument de démocratie participative qui existe depuis 2012.

L’ICE, COMMENT ÇA MARCHE ?

Grâce à cet outil, des citoyens peuvent mettre une question au programme politique de la Commission européenne en rassemblant un million de signatures venant d’au moins sept États membres de l’UE. Dès lors qu’un million de signatures auront été réunies, la Commission européenne sera obligée d’étudier la problématique et pourra élaborer une proposition de loi.

Signez et rendez l’Europe plus hospitalière pour les migrants

Loading…

jQuery(function($){ var opts= { channel: ‘mig_aibf_fr’, lang: ‘fr’, anchor:’formcol1′, class: ‘action-form-container’ }; $.getScript( “//migration.wemove.eu/widget.js”, function( script, textStatus ) { $( ‘#openeci-widget’ ).openECI (opts); $( ‘.openeci-total’ ).openECI (‘total’); }); });

CONTEXTE

Les migrations constituent un enjeu mondial majeur et à l’intérieur de chaque pays, leur impact concerne tous les niveaux de pouvoirs (local, régional, national). Mais il est évident qu’une réponse adaptée ne peut venir que d’une politique européenne commune. Pourtant, les États membres ne parviennent pas à se coordonner sur la question de l’accueil à réserver aux hommes, aux femmes et aux enfants qui fuient les violences. Les murs s’érigent autour d’une Europe forteresse dans lequel un grand nombre de citoyens et citoyennes ne se reconnaissent pas. Les poursuites judiciaires contre ceux et celles qui viennent en aide aux personnes migrantes se multiplient aux quatre coins du continent.

C’est pourquoi, l’ICE sera portée dans 15 pays européens au printemps : le 12 avril en France, le 19 avril en Italie, le 9 mai au Luxembourg, le 20 mai en Finlande, etc.

Le Migration Policy Group (MGP) coordonne la campagne au niveau européen.

En Belgique, la campagne est coordonnée par le CNCD-11.11.11, la coupole des ONG de solidarité internationale, par la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés et par le CIRÉ (Coordination et Initiatives pour réfugiés et étrangers). C’est le pendant européen de la campagne « Commune hospitalière », qui s’est étendu à d’autres entités (Universités, Fédération Wallonie-Bruxelles…)

D’autres ONG et associations y participent : Médecins du monde Belgique, la coupole des ONG flamandes 11.11.11, Oxfam Solidarité – Oxfam Solidariteit, CBAI, PAC, Caritas International, la FGTB, le CEPAG, Amnesty International, la CSC et United Stages.

Le 15 décembre 2017, sept citoyennes et citoyens européens ont déposé auprès de la Commission européenne la première Initiative Citoyenne Européenne sur le sujet de la migration, pour porter la voix de toutes celles et ceux qui refusent l’orientation des politiques migratoires actuelles et pour initier, ensemble, un changement de cap. La récolte de signatures se terminera le 14 février 2019.

Une fois les conditions remplies, les organisateurs présenteront leur initiative lors d’une audition publique au Parlement européen. La Commission devra examiner les propositions de l’ICE.

UN DOUBLE OBJECTIF

Une ICE permet de transformer l’agenda politique migratoire national et européen en confrontant les décideurs politiques à une mobilisation publique significative.

L’objectif de la campagne est double : replacer le citoyen européen au centre de la politique migratoire et renforcer le respect des droits des personnes migrantes et réfugiées.

La pétition adresse à la Commission européenne trois demandes précises :

  • Contre la criminalisation de l’action humanitaire et la solidarité citoyenne envers les personnes migrantes ;
  • Pour un accueil citoyen et associatif des personnes réfugiées via un accès aux fonds publics ;
  • Pour le renforcement et la création de mécanismes de plaintes en cas de violations des droits humains des personnes migrantes.

Article original: https://www.amnesty.be/infos/actualites/ice