Personnes vulnérables expulsées de leur logement

Le 22 mai 2020, le président péruvien Martín Vizcarra a prolongé les mesures strictes mises en place pour lutter contre la pandémie de COVID-19, notamment les mesures de confinement et les couvre-feux, jusqu’au 30 juin.

De nombreuses personnes vulnérables concernées par ces mesures, par exemple des réfugié·e·s vénézuéliens, qui ne bénéficient pas de systèmes et protection sont dans l’impossibilité de payer leur loyer et expulsées de leur logement. Comme les mesures adoptées par le gouvernement face au COVID-19 ne comprennent pas de protection du droit au logement, les Péruvien·e·s et les Vénézuélien·ne·s sont exposés à un risque accru de violations de leurs droits au logement et à la santé.

Nous demandons qu’il soit mis fin aux expulsions, et que des mesures de protection soient mises en place pour les personnes réfugiées ou vivant dans la pauvreté.

Article original: https://www.amnesty.be/veux-agir/agir-ligne/ecrire-lettres/article/personnes-vulnerables-expulsees-logement